Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
samedi 18 août 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilDossiersDossier du moisStrasbourg, nous ne sommes pas seuls au monde !

Strasbourg, nous ne sommes pas seuls au monde !

C’est lors d’un séjour aux États-Unis que le Strasbourgeois Jean-Yves Bart découvre sur une carte, l’existence d’un autre « Strasbourg ». Ce traducteur de 34 ans décide de faire le crochet afin de découvrir cette ville au nom similaire et à l’identité pourtant bien différente. Lui vient alors une idée un peu folle, celle de visiter toutes les localités de la planète qui porteraient ce même nom de « Strasbourg ».

 

Au total, 16 villes répondent à cette appellation. Il y a par exemple Strasbourg, au Canada, unique jumelle de « notre » version strasbourgeoise mais aussi Strasburg-Colorado ou encore Straßburg-Autriche. Et puis il y a les plus cachotières, celles qui ont depuis changé de nom mais dont les origines remontent à cette appellation.

En enquêtant sur la naissance de ces villes homophones, Jean-Yves parvient parfois à établir un lien avec la capitale alsacienne. Aussi Strasburg-Dakota a-t-elle été fondée par des expatriés originaires d’Alsace et du Sud-Ouest de l’Allemagne afin d’échapper à des conditions de vie compliquées. En Pennsylvanie, la ville aurait été baptisée par des Huguenots, en hommage à notre ville dans laquelle ils auraient trouvé refuge lors de leur persécution.

 

Au gré des rencontres

« Mon projet repose sur l’envie de créer une communauté entre tous ces lieux », explique Jean-Yves. De ses visites, cet aventurier peu commun ramène des photos qu’il poste ensuite sur Internet. « La photo permet de créer des rencontres que l’on ne ferait pas habituellement. J’utilise le nom de Strasbourg comme une sorte de talisman pour engager la conversation avec des gens avec qui je n’aurais normalement aucune raison de discuter. » Grâce à elle, Jean-Yves se laisse guider, dressant au hasard le portrait de ces habitants qui l’accompagnent dans des endroits, pour lui, inattendus : ventes aux enchères, églises, marchés de bétail, tournois de softball, …

 

« La majorité de ces personnes connait l’existence de Strasbourg-Alsace », poursuit Jean-Yves, « mais beaucoup pense que nous sommes situés en Allemagne ». Une confusion, selon lui, assez compréhensible, leur propre ville ayant été construite pour certaines à la fin du XIXe siècle, lorsque la capitale alsacienne appartenait aux Allemands.

 

Parmi les rencontres les plus marquantes de Jean-Yves, celle avec « un monsieur assez âgé, né en Alsace. Sa famille a émigré à Los Angeles, où il a travaillé pour les studios de cinéma. Vers la fin de carrière, en cherchant à acheter pour sa retraite un logement à Strasbourg-Alsace, il est tombé par hasard sur l’existence de Strasbourg, dans le Dakota du Nord. Bien sûr, il s’est rendu compte que l’immobilier y était beaucoup moins cher. Il a donc fini par atterrir là-bas ! Il y vit actuellement avec sa mère de plus de 90 ans, avec laquelle il parle alsacien ». À présent, Jean-Yves a visité plus de la moitié de sa liste. Le volet américain étant désormais terminé, il recherche des traducteurs en polonais, russe ou roumain pour l’accompagner lors de sa prochaine escapade. Avis aux amateurs…

 

Bénédicte Bossard

 

Le projet 16 x Strasbourg est à retrouver sur jybart.berta.me et sur facebook.

 

(Visited 51 times, 1 visits today)

Etiquettes

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.