Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
mardi 22 janvier 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilÀ la uneLaudato Si : Sensibiliser les jeunes à la cause alimentaire

Laudato Si : Sensibiliser les jeunes à la cause alimentaire

À l’initiative de la Commission Jeunes de la zone de Strasbourg-Campagne, les confirmands de la Communauté de paroisses d’Hochfelden ont travaillé tout au long de cette année 2018 sur le thème de l’alimentation, dans une démarche pédagogique et ludique.

 

Cet après-midi-là, à Wingersheim, une effervescence toute particulière anime la maison des associations. Une vingtaine de jeunes confirmands, tous âgés entre 14 et 15 ans, sont engagés dans de sévères négociations. Répartis en cinq groupes représentant chacun un pays, ils tentent de se fournir en produits alimentaires auprès de leurs voisins. Tandis que l’équipe ivoirienne est au bord de la banqueroute, celle des Américains tente de vendre à la Bolivie un stock conséquent de Coca-Cola. Au milieu de cette joyeuse cacophonie, Nathalie Hugenell, coopératrice de la pastorale des jeunes pour la zone de Strasbourg-Campagne, veille au bon déroulement de ce jeu grandeur nature.

 

Situation mondiale et réalité locale

Cette animation, intitulée le « jeu du commerce mondial de l’alimentation », a été organisée en partenariat avec le CCFD-Terre Solidaire. Le principe est simple : chaque équipe doit acquérir une liste d’aliments en se fournissant auprès de ses partenaires économiques. Pour pimenter l’activité, les prix doivent être négociés. « Nous avons choisi ce jeu parce qu’il permet de comprendre les mécanismes du commerce mondial. Ces jeunes reproduisent la situation telle qu’elle existe réellement ! Ils peuvent ainsi découvrir les difficultés que rencontrent les pays du Sud mais aussi ce qui se cache derrière les produits qu’ils achètent », explique Nathalie. En effet, ce jeu permet également de faire le lien avec une réalité bien plus locale.

 

Je ne conçois pas le parcours de préparation à la confirmation sans faire de lien avec le monde qui nous entoure. Car finalement, être chrétien, c’est agir dans le monde.

 

Lors des semaines précédentes, les confirmands ont ainsi pu rencontrer des producteurs et commerçants d’Hochfelden et ses environs, à l’occasion d’une vaste enquête de terrain. Munis d’un questionnaire, chaque groupe s’est entretenu avec les acteurs locaux de l’alimentation (maraîchers, fermes bio, productions éthiques, etc.). L’occasion d’échanger sur les questions liées au gaspillage, au circuit-court ou au commerce équitable. « Les producteurs nous ont reçus sans problème. Ils étaient très contents de cette transmission vis-à-vis des jeunes », précise Nathalie. « Nous avons été agréablement surpris par l’accueil qui nous a été réservé, y compris par la directrice du supermarché du coin. Elle a pris le temps et n’a censuré aucun sujet. »

 

Agir dans le monde

Bien entendu, l’objectif de ces deux activités consiste à mettre en lumière l’impact environnemental et social qui se cache derrière les achats alimentaires de ces jeunes. « Nous voulons leur montrer qu’ils peuvent agir chez nous pour lutter contre la faim dans le monde », résume Nathalie. Mais la réflexion ne s’arrête pas là. « Je ne conçois pas le parcours de préparation à la confirmation sans faire de lien avec le monde qui nous entoure. Car finalement, être chrétien, c’est agir dans le monde. En préparant nos jeunes à la confirmation, on les prépare à être des chrétiens pleinement actifs et soucieux de leurs prochains. Le lien avec la religion est donc facile à établir, grâce aux Évangiles et aux appels du pape François en matière d’écologie. »

 

Bénédicte Bossard

 

(Visited 74 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.