Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
lundi 24 septembre 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilÉgliseRegard d’une jeune sur le pré-synode

Regard d’une jeune sur le pré-synode

 

« Osez des sentiers nouveaux ! » a lancé le pape François lors de l’ouverture du pré-synode à Rome, le 19 mars 2018. Devant des jeunes du monde entier et de tous horizons, il a rappelé que les « jeunes doivent être pris au sérieux » parce qu’ils « sont l’avenir de l’Église et de l’Humanité ».

 

Je m’appelle Pauline, j’ai 19 ans. L’an passé, j’étudiais les Sciences Sociales à l’Université de Strasbourg. Cet appel du pape m’a touchée car il répond au grand désir que j’ai de connaître, d’aimer et de servir l’Église. Ce désir s’est concrétisé notamment cette année où je vis à Rome à l’ESM (Emmanuel School of Mission). C’est une année de formation humaine et spirituelle proposée par la communauté de l’Emmanuel.

 

S’exprimer sans filtre

Comme le pape François l’affirme, les jeunes générations poussent l’Église à « sortir de la logique du ‘on a toujours fait comme ça’ ». C’est pour cela qu’une grande consultation a été mise en place pour entendre la voix des jeunes et pour préparer le synode qui leur sera consacré en octobre 2018, sur le thème « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ».

 

Ce qui me touche dans la préparation de ce synode, c’est qu’il signifie que c’est ensemble que nous construisons l’Église et que nous cheminons vers la sainteté.

 

Au cœur de cette consultation s’est tenu le pré-synode du 19 au 24 mars rassemblant plus de 300 jeunes venant du monde entier. Concrètement, le travail a été organisé en petits groupes linguistiques, permettant à chacun de s’exprimer sur ces trois grands thèmes : « Défis et opportunités des jeunes dans le monde d’aujourd’hui », « Foi et vocation, discernement et accompagnement » et « Action éducative et pastorale de l’Église ». En a découlé un document final de synthèse, présenté au pape lors de la messe des Rameaux.

 

Ce choix du pape d’organiser une consultation d’une telle ampleur, en invitant les jeunes (de cultures, d’origines, de religions, d’expérience diverses) à parler sans filtre, en les écoutant et les prenant au sérieux, est assez inédit ! Le document final a permis de dépeindre la réalité de la jeunesse d’aujourd’hui (catholique ou non), tant dans ses préoccupations quotidiennes (chômage, insécurité…) que sur son chemin spirituel.

 

Ce qui m’a touchée

Je retiens deux conclusions qui me semblent intéressantes, tant pour les évêques qui se réuniront en synode, que pour l’Église en général, et que pour moi aussi, étudiante en sciences sociales et vivant une année de formation missionnaire !

La soif de formation justement : les jeunes souhaitent être nourris intellectuellement, spirituellement et humainement, en demandant à l’Église des « accompagnateurs ».

Et la soif de responsabilité des jeunes : ils désirent aussi être intégrés dans les processus décisionnels, dès aujourd’hui, pour devenir des leaders dans l’Église de demain. Ce qui me touche dans la préparation de ce synode, c’est qu’il signifie que c’est ensemble que nous construisons l’Église et que nous cheminons vers la sainteté : « Après cela, je déverserai mon Esprit sur tout être humain ; vos fils et vos filles prophétiseront, vos vieillards auront des rêves, et vos jeunes gens des visions. » Joël 3, 1.

 

Pauline Gourrin,
de Rome

(Visited 40 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.